02/07/2004

Janvier 2004

Fin du dernier chantier d'importance : la Tanière est désormais équipée du chauffage central, qui remplace les convecteurs électriques précédemment installés dans chaque local. La majorité des locaux a été équipée, les dernières pièces pour lesquelles ce n'est pas le cas (et qui ont donc toujours des convecteurs électriques) le seront progressivement. Seule la troupe AS se chauffent encore totalement au bois. Une autre section dispose d'un feu ouvert, mais l'usage en est anecdotique.

16:38 Écrit par nicolas thieltgen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Août 2003

Nouvelle jeunesse pour les magnifiques garde-corps de la Tanière : ils sont une nouvelle fois repeints et redorés.

16:25 Écrit par nicolas thieltgen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27 juin 2001

Lors de sa réunion du 27 juin 2001, l'assemblée générale décide la dissolution de l'ASBL Association des Anciens Scouts et Guides d'Arlon, et son adhésion à l'ASBL Maison des Guides et des Scouts d'Arlon, dans la Commission "Anciens".

16:14 Écrit par nicolas thieltgen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Juin & juillet 1995

Cure de jouvence pour la Tanière : on fait refaire toute la façade. Le bâtiment a retrouvé désormais toute sa splendeur. Un mois plus tard, en juillet, nouveau chantier d'importance, mais intérieur cette fois : les escaliers et tous les communs sont carrelés.

16:12 Écrit par nicolas thieltgen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/07/2004

Juillet 1994

Suite à l'octroi d'une subvention, la magnifique porte d'entrée de la Tanière est restaurée par un antiquaire, pour la somme de 86.000. On en profite pour y placer une serrure de sécurité.

23:47 Écrit par nicolas thieltgen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02 octobre 1993

Réunion des Anciens et des Anciennes. Ils viennent de constitue l'ASBL Anciens Socuts et Guides d'Arlon (ASGA) dont les objectifs sont les suivants : réunir les anciens et les anciennes au moins une fois par an et aider financièrement l'ASBL Maison des Guides et ds Scouts d'Arlon ainsi que les sections actuelles des Unités scoute et guide.

23:45 Écrit par nicolas thieltgen | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

16 mai et 06 octobre 1991

En 1991 l'ASBL acquiert une seconde maison, propriété de l'Ambassade des Etats-Unis, située à l'arrière de la Tanière. L'acte d'acquisition est reçu le 16 mai 1991, en présence de M. Nicolas Baskey conseiller de l'Ambassade des Etats-Unis. Le prix d'achat est de 250.000 francs, mais a été compensé par la renonciation de la part de l'ASBL à toute indemnité du chef de dommages causés par cette maison à la Tanière, voisine de l'immeuble (elle est située à l'arrière). Cette maison - vîte renommée "Maison Américaine" - avait été acquise plus de quinze ans auparavant par Pierre-Lucien Thibesar, célibataire né le 5 janvier 1918. Il est décédé le 8 mars 1989, laissant sa succession en vertu d'un testament olographe daté du 17 septembre 1973 aux Etats-Unis d'Amérique en ce qui concernait le patrimoine immobilier. (Si vous possédez plus d'informations concernant cet épisode ou sur cette maison, contactez-nous s'il vous plaît, merci!). La même année, à la journée de l'ASBL à Clairefontaine qui a lieu le 06 octobre : pour la première fois les "vieux" anciens se retrouvent, à l'initiative de Jules Sanitquian. On mit gentiment à leur dispostion le vénérable Alcazar avec son feu ouvert. L'ambiance fut terrible et contribua à la formation d'un Comité des Anciens décidés à aider de son mieux les unités actuelles.

23:38 Écrit par nicolas thieltgen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11 novembre 1989

Nouveau grand nettoyage de la Tanière, organisé par l'Unité. Début de cette même année la Tanière s'offre un lifting : on installe la nouvelle menuiserie extérieure (fenêtres).

23:34 Écrit par nicolas thieltgen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10 septembre 1983

La nécessité impérative de définir le statut juridique de la Tanière entraîne la constitution de l'ASBL Maison des Guides et Scouts d'Arlon qui, pour un franc symbolique, achète l'immeuble aux Oeuvres du Doyenné. Fondation également de l'ASBL Philippe Jungen (ancien scout CDF décédé accidentelement en mars 1981) dont le but est d'encourager le scoutisme. Bientôt les biens des deux ASBL seront réunis. Les années qui suivent sont l'occasion de très gros travaux : dalle sur étage en juin 84, démontage de l'ancien escalier en bois en septembre et construction d'un nouvel escalier en béton en octobre,

23:30 Écrit par nicolas thieltgen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25 novembre 1982

Coulage de la dalle du local de la meute Saint-Christophe. Après le travail des ferrailles pendant toute la matinée, il fallut à 30 participants dont 4 cheftaines, monter d'un étage, en quelques de 3 heures, 18 tonnes de béton avec des seaux. Philippe Schweisthal, animateur d'Unité à l'époque, fait le récit de cette journée, sous le titre "La pompe humaine, ou 18 tonnes de béton à la force du poignet" : "Samedi 25/11/1982. 7h00 du mat... j'ai des frissons, personne, personne. 7h00 était l'heure du rendez-vous. 7h15 le premier arrivait. 7h30 le deuxième. 7h35 le troisième s'éveillait. 7h45 ils étaient quatre à pied d'oeuvre. Premier objectif : lever les ferailles de 41cm afin qu'elles soient portantes. 8h30 le camion devait arriver et nous n'étions que six. Une légère panique nous gagnait. Qu'allions-nous faire. 8h35 les premières cheftaines arriventet même des guides et autres cheftaines lutins - miracle - nous sommes sauvés. 9h00 le gros des troupes AS et CDF est également présent. 9h02 le camion mixer est là. Armés de nos seaux, nous sommes prêts. Pierre dirige la manoeuvre en haut, Michel en bas. Bernard, notre photographe, a vite été chercher un film (on en connaît d'autres qui ont photographié toute la matinée sans film) et le béton monte. 10h00 deux cheftaines, Anne et Anne, s'amusent à ennuyer les gentils louvetiers et se font appeler "méchantes". 10h15 on arrive à la moitié. 11h00 Marie voyant les forces s'épuiser, appelle à la rescousse ses assistantes et leur offre de gros morceauxde gâteau et des petits pour les autres - on aurait dit qu'elles avaient quelque chose à se faire pardonner. 11h30 le camion est vide; le plancher s'étant un peu affaissé, il nous faut un mètre cube de plus et nous sommes contraints d'attendre. Pour passer le temps, Anne et Anne se font faire un masque au T4 400 kg HF 40, qui leur va à ravir. Les autres se rassasient avec le reste de sangria de la meute Saint-Christophe. 13h00 enfin le camion revient et décharge sa cargaison. 13h35 je m'en vais. On m'a dit qu'à 13h45 c'était fini de monter le béton. Vers 19h30 un souper intime réunit tous ceux qui avaient contribué à la réalisation de la dalle. Une conclusion unanime est tirée : une cheftaine n'est pas égale à un chef; si elle peut faire le même travail que lui, en plus elle chante et trouve même le temps de s'ennuyer. Petites coquines..." Coût de la dalle : 37.000 francs. Epaisseur 12 cm soit 7 m3 de T4 400 kg HF 40. 1 ferraille de 12 tous les 10 cm. 1 ferraille de 8 tous les 20 cm.

23:25 Écrit par nicolas thieltgen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Juin 1981

La porte d'entrée de la Tanière est en réparation. Le curé de Saint-Donat a payé 3 extincteurs.

23:23 Écrit par nicolas thieltgen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Avril 1981

Coulage de la dalle de béton des locaux AS et CDF.

23:22 Écrit par nicolas thieltgen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Mars 1981

Des planchers de la Tanière sont abattus; on parle de la "cathédrale CDF" dont les murs ont une hauteur vertigineuse.

23:20 Écrit par nicolas thieltgen | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Février 1980

Grand nettoyage de laTanière effectué par 25 volontaires. Ils remplissent deux camions de déchets et décombres. Egalement travaux d'électricité et de maçonnerie à la cave.

23:19 Écrit par nicolas thieltgen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Octobre 1979

Encore une effraction à la Tanière : la porte du local AS est arrachée. Il y a déjà eu une tentative d'incendie, par jet de chiffons enflammés dans les soupiraux.

23:17 Écrit par nicolas thieltgen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

1978

Au cours de l'année il y eut trois effractions à la Tanière, dont une avec un vol de boissons.

23:16 Écrit par nicolas thieltgen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Mai 1977

La Tanière pose de nouveaux problèmes : la grande journée de nettoyage prévue le 28 mai ne rassemble que deux participants, dont l'Animateur d'Unité! Et puis il faut absolument réglementer l'accès de la cave : elle n'est pas faite pour accueillir des surboums!

23:14 Écrit par nicolas thieltgen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Décembre 1976

On institue un rôle d'entretien de la Tanière : troupe AS les mois impairs et troupe CDF les mois pairs.

23:12 Écrit par nicolas thieltgen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Février 1975

Les cheftaines de la Meute Saint-François peignent le local en crème et tête de nègre pour les murs, et en orange pour les poutres.

23:10 Écrit par nicolas thieltgen | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Août 1973

Gros travaux à la Tanière. Le bilan est considérable : un plafond abattu, refait et peint, les murs des couloirs repeints, huit vitres remplacées, murs et plafond de l'oratoire, toit sur la cour intérieure, traitement des grilles de la façade, et nettoyage de la cour intérieure, de la remise à bois, du grenier...

23:08 Écrit par nicolas thieltgen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Mars 1970

Le Chef d'Unité procède à une inspection de la Tanière. Il constate que les deux meutes profitent de locaux achevés. Le clan occupe la cave qui est en ordre. Guides et lutins SRA ont des locaux splendides. Par contre, les deux troupes qui disposent de plus de la moitié de la surface habitable n'on encore rien achevé et leurs salles sont presque des taudis. Le Chef d'Unité les met en demeure de finir leurs travaux dans les six mois.

23:00 Écrit par nicolas thieltgen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Février 1969

La Tanière accueille désormais les troupes AS et CDF, les meutes Saint-Paul et Saint-François, ainsi que les guides et les lutins SRA.

22:51 Écrit par nicolas thieltgen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Octobre 1968

Opération "le grand coup". Il s'agit d'amménager les deux locaux du bas et la première pièce du dessus. Devise : "des locaux impeccables".

22:46 Écrit par nicolas thieltgen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

6 janvier 1968

La Tanière est inaugurée.

22:42 Écrit par nicolas thieltgen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Janvier 1967

Les Jésuites ont désormais vendu la Maison Saint-François-Xavier et il faut définitivement vider les lieux. L'Unité a reçu l'autorisation de s'installer rue des Capucins dans la Maison Brémond, qui devient "La Tanière". Le déménagement du matériel de la Maison Saint-François Xavier à la Tanière occupera l'Unité durant tout le mois. Dans un premier temps le bâtiment va accueillir uniquement les garçons. Ces derniers commencent à aménager petit à petit les locaux.

22:41 Écrit par nicolas thieltgen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Novembre 1966

Le Conseil d'Unité apprend que la Maison Saint-François Xavier va fermer ses portes. La Maison Brémond va quant à elle être remise en vente pour 225.000 francs. L'Unité suit l'affaire de près. Finalement, le curé Weber met la Maison Brémond à la disposition des scouts. C'est également en 1966 que des travaux ont eu lieu pour qu’elle soit présentable dans le décor du tournage d’un film, « Un soir, un train » avec Yves Montand et Annouck Aimé. Gilbert Jungen, ancien président de notre ASBL, a pu nous donner les précisions suivantes : "La Maison avait été nettoyée de fond en comble pour le film.André Delvaux, le réalisateur de film, connaissait bien Arlon pour y avoir fait son service militaire et il avait donc loué la Maison - pour quelques sous à l'abbé Weber - pour y tourner quelques scènes. La Maison avait toujours son bel escalier en chêne et surtout des beaux lambris en chêne au RC. Malheureusement ces lambris avaient été mis en couleurs depuis des générations, pour redonner du lustre à la Maison, ils ont été décapés avec grand soin et cirés par les Unités et les Cheftaines : constat a été fait. Quel ne fut pas le traumatisme de tous quand on constata que Delvaux avait fait tout peindre en blanc, mur, lambris, plafond et fenêtres pour les besoins du film ! Les lambris étaient déjà anciens, ils avaient résisté un premier décapage sévère (plusieurs couches de couleurs); Plus personne - courroux quant à la mise en couleur de Delvaux - ne voulait entreprendre un 2ème décapage qui de plus, aurait pu abîmer définitivement les lambris.Par la suite, en mauvais état, ils ont été arrachés. Le comble de l'histoire, les scènes filmées dans la Maison, n'ont jamais fait partie du film final, Delvaux ayant refait les scènes dans un autre environnement mais ces scènes existent toujours. Delvaux avait gardé de bons contacts avec l'Abbé Weber et d'autres arlonais et il est donc venu projecté, quelques mois plus tard, toutes les scènes arlonaises non retenues dans le film, dans un Service Club d'Arlon.Des précisions plus complémentaires sont certainement à obtenir notamment auprès de Chantal Mortier-Brarbier et de Carly Brix, témoins directs."

22:35 Écrit par nicolas thieltgen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

1964

C'est au cours de cette année qu'à l'intention de la communauté paroissiale, le curé Weber, de Saint-Donat, a pu acheter, pour 230.000 francs, la maison Brémond. Elle est en mauvaise état apparement : on trouve des gravats dans le hall et des trous dansles escaliers. Sans vouloir être exhaustif, mais de manière à être complet, il faut savoir que le mouvement scout occupe à cette époque une autre maison à Arlon, la Maison Saint-François Xavier, appartenant aux Jésuites.

22:33 Écrit par nicolas thieltgen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |